(DL) De nombreuses entreprises de l'arrondissement des Rivières étaient finalistes lors de la soirée des Fidéides organisée par la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et qui avait lieu au Centre des congrès de Québec le 14 mars dernier.

jdr 04 2019 article une

Sept de ces entreprises ont reçu un mérite dans différentes catégories devant une foule impressionnante, dont faisaient partie des élus municipaux. La présidente de l’arrondissement et conseillère du district Les Saules, Dominique Tanguay, était du nombre et elle s’est dite très fière des prix remportés par les entreprises du secteur.

Aki Sushi, entreprise située sur le boulevard Wilfrid-Hamel dans le secteur Les Saules, a ainsi remporté un prix dans la catégorie Commerce de détails et de commerce. 

Groupe TAQ, sis sur la rue Rideau, également dans le district Les Saules, a quant à lui mérité le prix dans la catégorie Entreprise collective.

Productions Optimales, installée sur le boulevard Pierre-Bertrand dans le secteur Vanier a vu ses efforts récompensés dans la catégorie Microentreprise et travailleur autonome.

COFOMO Québec, qui a pignon sur rue sur le boulevard Lebourgneuf, dans le secteur Lebourgneuf a remporté la palme dans la catégorie RH, meilleures pratiques.

La Coopérative des consommateurs de Lorette (CONVIVIO), qui est installée sur le boulevard Chauveau dans le secteur Neufchâtel-Lebourgneuf, a été primée dans la catégorie Saine gouvernance.

Enfin, LOBE, qui compte de nombreuses cliniques dans l’arrondissement, a remporté le prix dans la catégorie Services.

Mme Tanguay tient à féliciter personnellement tous les lauréats, mais également les autres entreprises qui étaient finalistes dans l’une des 17 catégories en lice.

(JB) Il y avait foule le matin de la visite du Journal de Sainte-Foy dans les locaux du Centre Louis-Jolliet. Plusieurs élèves de ce centre et de nombreuses personnes provenant de l’extérieur de l’établissement d’enseignement faisaient le tour des kiosques d’entreprises désirant recruter de la main-d’œuvre. L’activité était organisée par Option-travail, le Centre Louis-Jolliet, le Centre d’éducation des adultes des Découvreurs, le Centre multiethnique de Québec, le Cégep de Sainte-Foy et le gouvernement du Québec.

jsf 04 2019 article uneParmi les employeurs intéressés, il y avait Restos Plaisirs, le CHU de Québec – Université Laval, les restaurants Normandin, Pneus Ratté, Produits de construction Derby, La Korrigane brasserie artisanale, Unick entretien ménager, Logisco et Avico, pour ne mentionner que ceux-là. Le Journal de Sainte-Foy s’est entretenu avec différents participants.

Demande en agroalimentaire

Pour Nour Sayem, fondatrice d’ICI! Aliments Ensemble, la rareté de la main-d’œuvre est un frein pour le développement de cette entreprise de développement économique qui œuvre dans l’offre d’emploi pour les personnes immigrantes. « C’est notre première présence ici et nous espérons recruter plusieurs personnes parce que notre entreprise est prête à passer de l’artisanat à la production de masse. Il faut se rappeler qu’au début, cette initiative socioéconomique avait pour mission de sortir des immigrantes syriennes de leur isolement par le biais de la préparation de mets faits maison. Nous avons commencé au Marché public de Sainte-Foy et la réponse a été tellement forte qu’il nous faut absolument grandir si l’on veut répondre à cette demande. »

Les gros joueurs de l’industrie alimentaire sont également à la recherche d’employés. Chez Biscuits Leclerc, on a du travail dans plusieurs secteurs de l’entreprise. Pour Benoit Gauthier, responsable des ressources humaines, la réponse des visiteurs est très bonne. « Aussi, nous avons de plus en plus de demandes de la part de gens qui n’attendent pas les activités comme celle qui se tient aujourd’hui pour nous faire signe de leur disponibilité. Ils communiquent directement avec la division des ressources humaines et s’enquièrent des postes à combler. C’est un phénomène qui n’existait pas avant. » M. Gauthier ajoute que les emplois offerts sont presque essentiellement dans le secteur de la production. « Mais, nous avons aussi besoin de personnel pour le contrôle de qualité », précise-t-il.

Les initiatives d’emplois viennent également d’organismes comme Projet d’Accueil et d’Intégration Solidaire (PAIS). « On promeut la vie à la campagne et on accueille des familles qui ont l’intention d’immigrer ici et de travailler dans des régions rurales, explique Suzanne Larouche, coordonnatrice. À titre d’exemple, on a accueilli sept familles qui se sont installées dans les régions rurales de Québec, Victoriaville et Saint-Jérôme. En trois années d’activité, le PAIS a comblé 31 emplois, dont 17 stables. C’est donc une richesse pour tout le Québec puisque ces familles ont l’intention de rester ici. Ce ne sont pas des travailleurs saisonniers qui retournent chez eux une fois leur contrat terminé. » Mme Larouche précise que l’organisme s’est vu remettre la somme de 100 000 $ par le Mouvement Desjardins.

De la formation pour les personnes handicapées

La Croisée est un organisme qui se spécialise dans l’offre de services d’intégration au travail de personnes handicapées. « Nous comptons également parmi notre clientèle des victimes d’accidents qui sont en processus de réadaptation. À ce sujet, il y a dans notre équipe des professionnels en mesure de les aider », explique Isabelle Senneville, directrice générale de La Croisée. Mme  Senneville précise que l’organisme accueille environ 290 personnes par année.

Chez Pneus Ratté, Isabelle Caouette, responsable des ressources humaines, explique que l’entreprise favorise la rétention de ses employés. « Nous avons à notre emploi une immigrante qui a bénéficié de la reconnaissance de ses acquis. Elle a fait ses débuts au comptoir et elle a effectué un DEP qui lui a permis de monter les échelons. Elle est maintenant conseillère technique et très heureuse dans ce qu’elle fait. Notre entreprise accorde une importance particulière au capital humain d’une personne. »

L’organisme à but non lucratif Dimensions propose à sa clientèle de la formation professionnelle, de l’insertion à l’emploi et de l’aide psychosociale. « Nous ne tenons pas compte de la scolarité de la personne. Elle vient nous consulter et nous pouvons déterminer son niveau de connaissance afin de lui offrir une formation qui lui permettra d’aller plus loin », affirme France Richard, qui précise que Dimensions entretient un partenariat avec le Cégep de Sainte-Foy.

La Baratte, entreprise d’économie sociale spécialisée dans la préparation et la livraison de mets et organisme bien connu de la population fidéenne, est à la recherche de personnes désireuses de collaborer au service de popote roulante connu sous le nom de Programme Trampoline. « Plusieurs personnes se sont montrées intéressées et nous profitons de l’occasion pour dire également que La Baratte est à la recherche de bénévoles », explique Guylaine Hayfield.

En terminant notre visite, nous avons rencontré Longjie Yan, une jeune femme d’origine chinoise à la recherche d’un employeur. « J’aime beaucoup cet événement. Il me donne l’occasion d’établir des contacts intéressants et ça me permet aussi de pratiquer mon français. »

(JB) Les 29 zones et parcs industriels dans les villes de Québec et de Saint-Augustin-de-Desmaures ne font pas souvent les manchettes. Pourtant, ils sont d’importants créateurs de richesse pour toute la société québécoise.

jpi 04 2019 article une

Prenons le salaire de chaque employé de ces entreprises. Cet argent permet à des milliers de familles de vivre décemment. Pour ces travailleurs et travailleuses, le travail n’est pas seulement une question monétaire, mais une façon de se réaliser personnellement et d’entretenir un sentiment d’appartenance envers toute une communauté.

Ces hommes et ces femmes au travail sont aussi des contribuables puisqu’ils paient des impôts, les deux taxes de vente et, directement ou non, les taxes municipales et scolaires. Imaginez l’apport économique de ces quelque 58 000 personnes sur l’économie d’une région! Chaque zone ou parc industriel a sa personnalité propre. Certains sont axés sur l’industrie, d’autres sur les affaires, les services et la recherche.

Dans les pages qui suivent, nous vous présentons une force économique qui reste encore mal connue de la population. Les parcs industriels dans les villes de Québec et de Saint-Augustin-de-Desmaures méritent qu’on leur accorde une importance particulière dans le panorama économique de notre société. 

Journal.ca a récemment commandé un sondage pour mieux connaître les lectrices et lecteurs des journaux qu’il publie. À la lecture des résultats, force est d’admettre que nos journaux sont grandement appréciés. Le Journal de L'Ancienne-Lorette s’est entretenu avec Caroline Roy, vice-présidente du bureau de Québec de la firme Léger Marketing, pour connaître les grandes lignes de cette consultation effectuée auprès de 500 répondants de la région de Québec.

sondage leger marketing 2019 photo

Un contenu qui satisfait les lecteurs

Le sondage de Léger Marketing rapporte que 89 % des lecteurs apprécient la qualité du papier et 88 %, le format de nos journaux. La qualité des photos est aimée par 86 % des lecteurs, alors que la mise en page du journal (appelée le visuel) fait la joie de 85 % de ceux et celles qui nous lisent. Enfin, le contenu des articles est apprécié de 83 % des lecteurs et 85 % d’entre eux aiment la variété des sujets couverts par les journalistes. Autre donnée intéressante : 63 % des gens qui lisent nos journaux le consultent en entier ou presque, une donnée qui a eu de quoi surprendre agréablement Caroline Roy. « C’est chose rare de constater que les lecteurs d’un journal le lisent d’un couvert à l’autre. Ces données sont donc de très bonnes nouvelles pour la direction des journaux. Ils ont non seulement un grand bassin de lectrices et lecteurs, mais ils connaissent également une forte popularité auprès de ces derniers », relève Caroline Roy.

Mieux connaître les habitudes de lecture

Le but de cette consultation était de mesurer plusieurs aspects auprès du lectorat de différents journaux de Journal.ca. L’entreprise a mandaté Léger Marketing afin de mener une étude dont l’objectif était de connaître les habitudes de lecture, les intérêts et la satisfaction des lecteurs au sujet de ses publications.

Parmi les objectifs, quatre éléments ont été choisis. Léger Marketing a évalué la notoriété et le lectorat des journaux locaux de Journal.ca, mesuré leur appréciation de plusieurs aspects de ceux-ci ainsi que leur appréciation globale. Léger Marketing a également fait part des habitudes des lectrices et lecteurs des journaux et, finalement, a présenté une analyse différenciée selon les variables sociodémographiques de la région. « Nous avons ciblé les répondants en fonction des territoires couverts par les dix journaux, explique Mme Roy. Le sondage a été réalisé du 8 au 17 février 2019, ce qui signifie que les données sont très récentes. » Caroline Roy ajoute que l’échantillon de 500 répondants permet de brosser un portrait juste de la situation.

Une grande notoriété et un taux de lectorat élevé

En matière de notoriété, le sondage estime que 87 % des citoyens sondés connaissent au moins une des publications de Journal.ca. De plus, cette popularité est encore plus élevée chez les 65 ans et plus. Le taux de lectorat est de 82 %, un résultat qui a de quoi réjouir l'équipe de Journal.ca. « Cela signifie que vos journaux ont une grande portée auprès des lecteurs. Les gens qui les reçoivent les lisent. De plus, les différentes publications sont très appréciées puisque 86 % des lecteurs ont déclaré qu’ils les aiment. »

Journal.ca, le reflet des lecteurs

À l’affirmation : « Je lis mon journal pour m’informer sur la communauté », 84 % des personnes consultées ont répondu être d’accord et 73 % d’entre elles ont été d’accord avec l’affirmation suivante : « Mon journal local est un journal qui est proche de ma réalité. » Enfin, 59 % des lecteurs sont d’accord avec l’affirmation qui se lit comme suit : « Je lis mon journal local surtout pour me divertir, me détendre.

Égal ou supérieur aux autres

Les personnes qui ont participé au sondage se sont fait demander si elles considéraient que la qualité de nos journaux était inférieure, égale ou supérieure aux autres publications régionales (comme le Journal de Québec, Le Soleil, etc.). Globalement, elles estiment, à 59 %, qu’elle est égale ou supérieure à ces dernières.

Des lecteurs plus heureux que d’autres!

En plus de nous apprendre de très bonnes nouvelles sur les habitudes de lecture de notre lectorat, la firme Léger Marketing a conclu sa consultation avec ce que l’on pourrait décrire comme « la cerise sur le sundae » : l’indice de bonheur de nos lecteurs. « Celui des lecteurs de Journal.ca est en moyenne de 79,77 % alors que l’indice moyen des gens résidant dans la ville de Québec est de 75,94 %, ce qui donne à vos lecteurs un pourcentage légèrement supérieur. On peut conclure que les journaux de Journal.ca se portent très bien », conclut Caroline Roy.

Journal.ca a récemment commandé un sondage pour mieux connaître les lectrices et lecteurs des journaux qu’il publie. À la lecture des résultats, force est d’admettre que nos journaux sont grandement appréciés. Le Journal de Val-Bélair s’est entretenu avec Caroline Roy, vice-présidente du bureau de Québec de la firme Léger Marketing, pour connaître les grandes lignes de cette consultation effectuée auprès de 500 répondants de la région de Québec.

sondage leger marketing 2019 photo

Un contenu qui satisfait les lecteurs

Le sondage de Léger Marketing rapporte que 89 % des lecteurs apprécient la qualité du papier et 88 %, le format de nos journaux. La qualité des photos est aimée par 86 % des lecteurs, alors que la mise en page du journal (appelée le visuel) fait la joie de 85 % de ceux et celles qui nous lisent. Enfin, le contenu des articles est apprécié de 83 % des lecteurs et 85 % d’entre eux aiment la variété des sujets couverts par les journalistes. Autre donnée intéressante : 63 % des gens qui lisent nos journaux le consultent en entier ou presque, une donnée qui a eu de quoi surprendre agréablement Caroline Roy. « C’est chose rare de constater que les lecteurs d’un journal le lisent d’un couvert à l’autre. Ces données sont donc de très bonnes nouvelles pour la direction des journaux. Ils ont non seulement un grand bassin de lectrices et lecteurs, mais ils connaissent également une forte popularité auprès de ces derniers », relève Caroline Roy.

Mieux connaître les habitudes de lecture

Le but de cette consultation était de mesurer plusieurs aspects auprès du lectorat de différents journaux de Journal.ca. L’entreprise a mandaté Léger Marketing afin de mener une étude dont l’objectif était de connaître les habitudes de lecture, les intérêts et la satisfaction des lecteurs au sujet de ses publications.

Parmi les objectifs, quatre éléments ont été choisis. Léger Marketing a évalué la notoriété et le lectorat des journaux locaux de Journal.ca, mesuré leur appréciation de plusieurs aspects de ceux-ci ainsi que leur appréciation globale. Léger Marketing a également fait part des habitudes des lectrices et lecteurs des journaux et, finalement, a présenté une analyse différenciée selon les variables sociodémographiques de la région. « Nous avons ciblé les répondants en fonction des territoires couverts par les dix journaux, explique Mme Roy. Le sondage a été réalisé du 8 au 17 février 2019, ce qui signifie que les données sont très récentes. » Caroline Roy ajoute que l’échantillon de 500 répondants permet de brosser un portrait juste de la situation.

Une grande notoriété et un taux de lectorat élevé

En matière de notoriété, le sondage estime que 87 % des citoyens sondés connaissent au moins une des publications de Journal.ca. De plus, cette popularité est encore plus élevée chez les 65 ans et plus. Le taux de lectorat est de 82 %, un résultat qui a de quoi réjouir l'équipe de Journal.ca. « Cela signifie que vos journaux ont une grande portée auprès des lecteurs. Les gens qui les reçoivent les lisent. De plus, les différentes publications sont très appréciées puisque 86 % des lecteurs ont déclaré qu’ils les aiment. »

Journal.ca, le reflet des lecteurs

À l’affirmation : « Je lis mon journal pour m’informer sur la communauté », 84 % des personnes consultées ont répondu être d’accord et 73 % d’entre elles ont été d’accord avec l’affirmation suivante : « Mon journal local est un journal qui est proche de ma réalité. » Enfin, 59 % des lecteurs sont d’accord avec l’affirmation qui se lit comme suit : « Je lis mon journal local surtout pour me divertir, me détendre.

Égal ou supérieur aux autres

Les personnes qui ont participé au sondage se sont fait demander si elles considéraient que la qualité de nos journaux était inférieure, égale ou supérieure aux autres publications régionales (comme le Journal de Québec, Le Soleil, etc.). Globalement, elles estiment, à 59 %, qu’elle est égale ou supérieure à ces dernières.

Des lecteurs plus heureux que d’autres!

En plus de nous apprendre de très bonnes nouvelles sur les habitudes de lecture de notre lectorat, la firme Léger Marketing a conclu sa consultation avec ce que l’on pourrait décrire comme « la cerise sur le sundae » : l’indice de bonheur de nos lecteurs. « Celui des lecteurs de Journal.ca est en moyenne de 79,77 % alors que l’indice moyen des gens résidant dans la ville de Québec est de 75,94 %, ce qui donne à vos lecteurs un pourcentage légèrement supérieur. On peut conclure que les journaux de Journal.ca se portent très bien », conclut Caroline Roy.

(JB) Journal.ca a récemment commandé un sondage pour mieux connaître les lecteurs et les lectrices des journaux qu’il publie. À la lecture des résultats, force est d’admettre que nos journaux sont grandement appréciés. Le Journal de Sillery–St-Louis-de-France s’est entretenu avec Caroline Roy, vice-présidente du bureau de Québec de la firme Léger Marketing, pour connaître les grandes lignes de cette consultation effectuée auprès de 500 répondants de la région de Québec.

sondage leger marketing 2019 photo

Un contenu qui satisfait les lecteurs

Le sondage de Léger Marketing rapporte que 89 % des lecteurs apprécient la qualité du papier et 88 %, le format de nos journaux. Quant à la qualité des photos, elle est aimée par 86 % des lecteurs et la mise en page du journal (ce que l’on appelle le visuel) fait la joie de 85 % de ceux et celles qui nous lisent. Enfin, le contenu des articles est apprécié de 83 % des lecteurs et 85 % d’entre eux aiment la variété des sujets couverts par les journalistes. Autre donnée intéressante : 63 % des gens qui lisent nos journaux le consultent en entier ou presque, une donnée qui a eu de quoi surprendre agréablement Caroline Roy. « C’est chose rare de constater que les lecteurs d’un journal le lisent d’un couvert à l’autre. Ces données sont donc de très bonnes nouvelles pour la direction des journaux. Ils ont non seulement un grand bassin de lecteurs et de lectrices, mais ils connaissent également une forte popularité auprès de ces derniers », relève Caroline Roy.

Mieux connaître les habitudes de lecture

Le but de cette consultation était de mesurer plusieurs aspects auprès du lectorat de différents journaux de Journal.ca. L’entreprise a mandaté Léger Marketing afin de mener une étude dont l’objectif était de connaître les habitudes de lecture, les intérêts et la satisfaction des lecteurs au sujet de ses publications.

Parmi les objectifs, quatre éléments ont été choisis. Léger Marketing a évalué la notoriété et le lectorat des journaux locaux de Journal.ca, mesuré leur appréciation de plusieurs aspects de ceux-ci ainsi que leur appréciation globale. Léger a également fait part des habitudes des lecteurs et lectrices des journaux et, finalement, a présenté une analyse différenciée selon les variables sociodémographiques de la région. « Nous avons ciblé les répondants en fonction des territoires couverts par les dix journaux, explique Mme Roy. Le sondage a été réalisé du 8 au 17 février 2019, ce qui signifie que les données sont très récentes. » Caroline Roy ajoute que l’échantillon de 500 répondants permet de brosser un portrait juste de la situation.

Une grande notoriété et un taux de lectorat élevé

En matière de notoriété, le sondage estime que 87 % des citoyens sondés connaissent au moins une des publications de Journal.ca. De plus, cette popularité est encore plus élevée chez les 65 ans et plus. Il y a également une constatation qui a de quoi réjouir l’équipe de Journal.ca puisque le taux de lectorat est de 82 %. « Cela signifie que vos journaux ont une grande portée auprès des lecteurs. Les gens qui les reçoivent les lisent. De plus, les différentes publications sont très appréciées puisque 86 % des lecteurs ont déclaré qu’ils les aiment. »

Journal.ca, le reflet des lecteurs

À l’affirmation : « Je lis mon journal pour m’informer sur la communauté », 84 % des personnes consultées ont répondu être d’accord et 73 % d’entre elles ont été d’accord avec l’affirmation suivante : « Mon journal local est un journal qui est proche de ma réalité. » Enfin, 59 % des lecteurs sont d’accord avec l’affirmation qui se lit comme suit : « Je lis mon journal local surtout pour me divertir, me détendre.

Égal ou supérieur aux autres

Les personnes qui ont participé au sondage se sont fait demander si elles considéraient que la qualité de nos journaux était inférieure, égale ou supérieure aux autres publications régionales (comme le Journal de Québec, le Soleil, etc.). Globalement, elles estiment, à 59 %, qu’elle est égale ou supérieure à ces dernières.

Des lecteurs plus heureux que d’autres!

En plus de nous apprendre de très bonnes nouvelles sur les habitudes de lecture de notre lectorat, la firme Léger Marketing a conclu sa consultation avec ce que l’on pourrait décrire comme « la cerise sur le sundae » : l’indice de bonheur de nos lecteurs. « Celui des lecteurs de Journal.ca est en moyenne de 79,77 % alors que l’indice moyen des gens résidant dans la ville de Québec est de 75,94 %, ce qui donne à vos lecteurs un pourcentage légèrement supérieur. On peut conclure que les journaux de Journal.ca se portent très bien », conclut Caroline Roy.

(JB) Journal.ca a récemment commandé un sondage pour mieux connaître les lecteurs et les lectrices des journaux qu’il publie. À la lecture des résultats, force est d’admettre que nos journaux sont grandement appréciés. Le Journal de Sainte-Foy s’est entretenu avec Caroline Roy, vice-présidente du bureau de Québec de la firme Léger Marketing, pour connaître les grandes lignes de cette consultation effectuée auprès de 500 répondants de la région de Québec.

sondage leger marketing 2019 photo

Un contenu qui satisfait les lecteurs

Le sondage de Léger Marketing rapporte que 89 % des lecteurs apprécient la qualité du papier et 88 %, le format de nos journaux. Quant à la qualité des photos, elle est aimée par 86 % des lecteurs et la mise en page du journal (ce que l’on appelle le visuel) fait la joie de 85 % de ceux et celles qui nous lisent. Enfin, le contenu des articles est apprécié de 83 % des lecteurs et 85 % d’entre eux optent la variété des sujets couverts par les journalistes. Autre donnée intéressante : 63 % des gens qui lisent nos journaux le consultent en entier ou presque, une donnée qui a eu de quoi surprendre agréablement Caroline Roy. « C’est chose rare de constater que les lecteurs d’un journal le lisent d’un couvert à l’autre. Ces données sont donc de très bonnes nouvelles pour la direction des journaux. Ils ont non seulement un grand bassin de lecteurs et de lectrices, mais ils connaissent également une forte popularité auprès de ces derniers », relève Caroline Roy.

Mieux connaître les habitudes de lecture

Le but de cette consultation était de mesurer plusieurs aspects auprès du lectorat de différents journaux de Journal.ca. L’entreprise a mandaté Léger Marketing afin de mener une étude dont l’objectif était de connaître les habitudes de lecture, les intérêts et la satisfaction des lecteurs au sujet de ses publications.

Parmi les objectifs, quatre éléments ont été choisis. Léger Marketing a évalué la notoriété et le lectorat des journaux locaux de Journal.ca, mesuré leur appréciation de plusieurs aspects de ceux-ci ainsi que leur appréciation globale. Léger a également fait part des habitudes des lecteurs et lectrices des journaux et, finalement, a présenté une analyse différenciée selon les variables sociodémographiques de la région. « Nous avons ciblé les répondants en fonction des territoires couverts par les dix journaux, explique Mme Roy. Le sondage a été réalisé du 8 au 17 février 2019, ce qui signifie que les données sont très récentes. » Caroline Roy ajoute que l’échantillon de 500 répondants permet de brosser un portrait juste de la situation.

Une grande notoriété et un taux de lectorat élevé

En matière de notoriété, le sondage estime que 87 % des citoyens sondés connaissent au moins une des publications de Journal.ca. De plus, cette popularité est encore plus élevée chez les 65 ans et plus. Il y a également une constatation qui a de quoi réjouir l’équipe de Journal.ca puisque le taux de lectorat est de 82 %. « Cela signifie que vos journaux ont une grande portée auprès des lecteurs. Les gens qui les reçoivent les lisent. De plus, les différentes publications sont très appréciées puisque 86 % des lecteurs ont déclaré qu’ils les aiment. »

Journal.ca, le reflet des lecteurs

À l’affirmation : « Je lis mon journal pour m’informer sur la communauté », 84 % des personnes consultées ont répondu être d’accord et 73 % d’entre elles ont été d’accord avec l’affirmation suivante : « Mon journal local est un journal qui est proche de ma réalité. » Enfin, 59 % des lecteurs sont d’accord avec l’affirmation qui se lit comme suit : « Je lis mon journal local surtout pour me divertir, me détendre.

Égal ou supérieur aux autres

Les personnes qui ont participé au sondage se sont fait demander si elles considéraient que la qualité de nos journaux était inférieure, égale ou supérieure aux autres publications régionales (comme le Journal de Québec, le Soleil, etc.). Globalement, elles estiment, à 59 %, qu’elle est égale ou supérieure à ces dernières.

Des lecteurs plus heureux que d’autres!

En plus de nous apprendre de très bonnes nouvelles sur les habitudes de lecture de notre lectorat, la firme Léger Marketing a conclu sa consultation avec ce que l’on pourrait décrire comme « la cerise sur le sundae » : l’indice de bonheur de nos lecteurs. « Celui des lecteurs de Journal.ca est en moyenne de 79,77 % alors que l’indice moyen des gens résidant dans la ville de Québec est de 75,94 %, ce qui donne à vos lecteurs un pourcentage légèrement supérieur. On peut conclure que les journaux de Journal.ca se portent très bien », conclut Caroline Roy.

(JB) Journal.ca a récemment commandé un sondage pour mieux connaître les lecteurs et les lectrices des journaux qu’il publie. À la lecture des résultats, force est d’admettre que nos journaux sont grandement appréciés. Le Journal Des Rivières s’est entretenu avec Caroline Roy, vice-présidente du bureau de Québec de la firme Léger Marketing, pour connaître les grandes lignes de cette consultation effectuée auprès de 500 répondants de la région de Québec.

sondage leger marketing 2019 photo

Un contenu qui satisfait les lecteurs

Le sondage de Léger Marketing rapporte que 89 % des lecteurs apprécient la qualité du papier et 88 %, le format de nos journaux. Quant à la qualité des photos, elle est aimée par 86 % des lecteurs et la mise en page du journal (ce que l’on appelle le visuel) fait la joie de 85 % de ceux et celles qui nous lisent. Enfin, le contenu des articles est apprécié de 83 % des lecteurs et 85 % d’entre eux optent la variété des sujets couverts par les journalistes. Autre donnée intéressante : 63 % des gens qui lisent nos journaux le consultent en entier ou presque, une donnée qui a eu de quoi surprendre agréablement Caroline Roy. « C’est chose rare de constater que les lecteurs d’un journal le lisent d’un couvert à l’autre. Ces données sont donc de très bonnes nouvelles pour la direction des journaux. Ils ont non seulement un grand bassin de lecteurs et de lectrices, mais ils connaissent également une forte popularité auprès de ces derniers », relève Caroline Roy.

Mieux connaître les habitudes de lecture

Le but de cette consultation était de mesurer plusieurs aspects auprès du lectorat de différents journaux de Journal.ca. L’entreprise a mandaté Léger Marketing afin de mener une étude dont l’objectif était de connaître les habitudes de lecture, les intérêts et la satisfaction des lecteurs au sujet de ses publications.

Parmi les objectifs, quatre éléments ont été choisis. Léger Marketing a évalué la notoriété et le lectorat des journaux locaux de Journal.ca, mesuré leur appréciation de plusieurs aspects de ceux-ci ainsi que leur appréciation globale. Léger a également fait part des habitudes des lecteurs et lectrices des journaux et, finalement, a présenté une analyse différenciée selon les variables sociodémographiques de la région. « Nous avons ciblé les répondants en fonction des territoires couverts par les dix journaux, explique Mme Roy. Le sondage a été réalisé du 8 au 17 février 2019, ce qui signifie que les données sont très récentes. » Caroline Roy ajoute que l’échantillon de 500 répondants permet de brosser un portrait juste de la situation.

Une grande notoriété et un taux de lectorat élevé

En matière de notoriété, le sondage estime que 87 % des citoyens sondés connaissent au moins une des publications de Journal.ca. De plus, cette popularité est encore plus élevée chez les 65 ans et plus. Il y a également une constatation qui a de quoi réjouir l’équipe de Journal.ca puisque le taux de lectorat est de 82 %. « Cela signifie que vos journaux ont une grande portée auprès des lecteurs. Les gens qui les reçoivent les lisent. De plus, les différentes publications sont très appréciées puisque 86 % des lecteurs ont déclaré qu’ils les aiment. »

Journal.ca, le reflet des lecteurs

À l’affirmation : « Je lis mon journal pour m’informer sur la communauté », 84 % des personnes consultées ont répondu être d’accord et 73 % d’entre elles ont été d’accord avec l’affirmation suivante : « Mon journal local est un journal qui est proche de ma réalité. » Enfin, 59 % des lecteurs sont d’accord avec l’affirmation qui se lit comme suit : « Je lis mon journal local surtout pour me divertir, me détendre.

Égal ou supérieur aux autres

Les personnes qui ont participé au sondage se sont fait demander si elles considéraient que la qualité de nos journaux était inférieure, égale ou supérieure aux autres publications régionales (comme le Journal de Québec, le Soleil, etc.). Globalement, elles estiment, à 59 %, qu’elle est égale ou supérieure à ces dernières.

Des lecteurs plus heureux que d’autres!

En plus de nous apprendre de très bonnes nouvelles sur les habitudes de lecture de notre lectorat, la firme Léger Marketing a conclu sa consultation avec ce que l’on pourrait décrire comme « la cerise sur le sundae » : l’indice de bonheur de nos lecteurs. « Celui des lecteurs de Journal.ca est en moyenne de 79,77 % alors que l’indice moyen des gens résidant dans la ville de Québec est de 75,94 %, ce qui donne à vos lecteurs un pourcentage légèrement supérieur. On peut conclure que les journaux de Journal.ca se portent très bien », conclut Caroline Roy.

(JB) Avec près de 60 000 emplois, les zones et les parcs industriels de la grande région de Québec ne peuvent passer inaperçus. Pourtant, peu de gens savent que ces lieux sont de véritables pépinières de talent et de production.

jpi 03 2019 article une

Pour faciliter les communications entre les entreprises de chaque parc industriel, la Corporation des parcs industriels.Québec a décidé de nommer une personne-ressource que l’on appelle gouverneur. Sa mission est de recueillir les commentaires des entrepreneurs et en faire part à la Corporation lors de rencontres auxquelles tous les gouverneurs sont conviés.

Dans les pages qui suivent, nous brossons le portrait des zones et parcs industriels de la grande région de Québec. Vous aurez également l’occasion de découvrir des statistiques intéressantes sur ces derniers comme, entre autres, le nombre d’entreprises qu’ils accueillent et le nombre d'emplois qu’ils engendrent.

Bonne lecture!

(DL) Encore une fois cette année, Honda de la Capitale a reçu la certification Honda pour son engagement auprès de sa clientèle. Une fierté pour toute l’équipe de passionnés qui s’efforce sans cesse de rendre l’expérience client unique.

jvb 03 2019 article une

La remise officielle du prix 2018 « Sur la route de l’excellence » a été assurée par Julie Gélinas, consultante expérience client chez Honda Canada lors d’une cérémonie regroupant les dirigeants de l’entreprise située sur le boulevard Pie-XI Nord, à Val-Bélair. 

Honda de la Capitale est le seul concessionnaire situé sur la rive nord de Québec à avoir reçu ce prestigieux prix de la part de Honda Canada, une fierté renouvelée pour les membres de la direction et pour les employés.

En septembre dernier, l’entreprise célébrait ses 10 ans d’existence. Avec un rythme de croissance exceptionnelle, la concession Honda a jusqu’à présent vendu pas moins de 11 500 véhicules automobiles neufs et d’occasion depuis 2008. Honda de la Capitale relève aussi le défi qu’est le recrutement d’une main-d’œuvre qualifiée et surtout motivée à partager les valeurs de l’organisation, en ces moments où l’on déplore la pénurie d’employés.

Page 1 sur 10

Vos représentants :

M. Alain Lepage
Développement des affaires
581 986-4530
ou par courriel :
alepage@journal-local.ca

Ginette Demers
Développement des affaires
418 871-1274
ou par courriel :
gdemers@journal-local.ca


ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Formats, spécifications techniques, territoire de distribution et calendrier


Vos représentants :

M. Alain Lepage
Développement des affaires
581 986-4530
ou par courriel :
alepage@journal-local.ca

Ginette Demers
Développement des affaires
418 871-1274
ou par courriel :
gdemers@journal-local.ca


ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Formats, spécifications techniques, territoire de distribution et calendrier


Aller au haut